SUD Education Solidaires Union des syndicats SUD Education
de l'académie de Créteil 77/93/94

Retrouvez-nous sur les sites des syndicats départementaux :
SUD éducation 77 - SUD éducation 93 - SUD éducation 94

- Pour les professeurs stagiaires du second degré, c’est ici -
Article publié le 9 juillet 2011

Poursuite de la mise en place de la mastérisation,
le scandale continue la 2ème année :
affectation des lauréats des concours à temps plein !

PROFESSEURS STAGIAIRES 2ND DEGRÉ, VOS OUTILS, VOS DROITS, VOS INFOS !
La mastérisation, c’est la suppression de l’année de formation.

Avec cette "réforme" le ministère a "économisé" 16 000 postes dans l’éducation
au détriment des stagiaires et de leur entrée progressive dans le métier !

Enseigner, ça s’apprend ! Tous les professeurs stagiaires doivent avoir
une vraie formation alliant théorie et pratique et pas plus d’un tiers temps devant
élèves par semaine !

SUD éducation défendra collectivement et individuellement les
professeurs stagiaires ! Syndicat représentatif avec des élus du personnel,
nous sommes régulièrement en contact avec le Rectorat pour informer et défendre
les personnels. Comme l’an passé, nous mettrons nos moyens à disposition
des stagiaires.

En cette rentrée 2011, vous êtes affectés devant élèves à temps plein. Jusqu’en 2009 les
stagiaires ne devaient que 8H et bénéficiaient de stages de formation, de cours en IUFM et
de temps pour préparer les cours, ce qui est fondamental quand on débute.

Sur l’académie de Créteil vous êtes 790 stagiaires 2nd degré affectés sur des
« berceaux », postes bloqués à cet effet : un record pour une académie jugée difficile ! Nommés
sur un temps complet cela signifie 18h pour les enseignants certifiés, 15h pour les enseignants
agrégés, 35h pour les CPE et documentalistes.

Les stagiaires bénéficient encore d’une possible décharge de 2h pour les enseignants
certifiés et d’une demie journée pour les CPE et documentalistes. Les stagiaires agrégés ne
bénéficient d’aucune décharge de service.

Certifiés stagiaires attention, on risque de vous imposer un emploi du temps de 18h
en transformant la décharge de 2 heures en heures supplémentaires !

SUD demande que
cette décharge reste effective et ne soit pas transformée en heures supplémentaires.

Si vous êtes dans cette situation contactez nous !

Le déroulement de votre année de stage

Accueil et rentrée

A partir du jeudi 25 août 2011, journées d’accueil
par l’administration :

Accueil le 25 août à la faculté de droit de
Créteil… vous y êtes !

le 26 accueil administratif ( logement /aide
sociale…)

Le 29 accueil par l’administration de votre
établissement.

Les 30, 31, et 1er septembre 3 jours de formation

 : lors de ces journées, des conseils pratiques
vous seront donnés sur les thèmes suivants

 : connaissance des programmes et référentiel
de la discipline ; construction d’une séance,
d’une séquence ; premiers contacts avec une
classe, gestion de classe. Ce programme est en
ligne, http://caform.ac-creteil.fr/sta/index.php

Pré-rentrée le 2 septembre dans votre établissement.
Votre présence est obligatoire !

Vous ne devez pas avoir plus de 2 niveaux
d’enseignement (v. Bulletin officiel n°20
du 19 mai 2011). Nous contacter en
cas de difficulté.

Décharge de 2h L’académie de Créteil est une
des rares académies où vous bénéficiez encore
cette année (sauf CPE et COP) de cette possibilité

 : votre service est normalement de 16h. Mais
tous les chefs d’établissement ne vous les accorderont
pas, donc si vous êtes affectés sur 18h,
vous avez droit à 2 heures supplémentaires année
(HSA). En cas de difficulté, nous contacter.

3 dates clés :

— 30 septembre 2011 : Date limite d’envoi du
certificat du médecin attestant de la compatibilité
du handicap avec les fonctions exercées.

— 30 novembre 2011 : Date limite d’envoi du
contrat pour les candidats à un poste de doctorant
contractuel ou d’ATER.

— mi novembre 2011 : Date limite d’envoi des
dossiers de reclassement.

« Formation »
des stagiaires

Des guillemets puisque vous serez en charge
de vos classes à temps plein et tout au long de
l’année. Les journées de formation sont « filées
 » c’est-à-dire organisées pendant l’année scolaire
sur une journée libérée dans votre emploi du
temps, le mardi ou le jeudi.

- 8 journées disciplinaires + deux journées
« tenue de classe » et « attente de l’inspection ».

- 4 journées transversales (problèmes généraux
par regroupement de disciplines)

- 4 jours facultatifs présentés dans la brochure
stagiaires du rectorat

- le module de tutorat « renforcé » jusqu’en
octobre 2011, consiste simplement dans le fait
d’avoir 2 jours de tenue de classe et deux jours
disciplinaires avant les vacances d’octobre. !

Attention : vous devez vérifier que votre
emploi du temps libère la journée vous permettant
de suivre les formations (Au moment
où nous rédigeons cette brochure, la répartition
par disciplines n’est toujours pas connue).
Au total, Il s’agit bien de la formation peau
de chagrin que nous dénonçons, mais qui s’ajoutant
à un temps de service bien trop lourd. Auparavant
avec la quasi demie décharge de service
les stagiaires avaient leur(s) classe(s) en responsabilité
8h par semaine ce qui permettait
un horaire de formation conséquent et du
temps pour préparer ses cours !

A la place, le rectorat et le ministère prévoient
de 13 à 17 jours maximum mais en
plus de votre temps de travail de 16H /18H.

Ils comptent sur les tuteurs (un compagnonnage
 » plus ou moins informel par vos collègues
dans les établissements) en guise de « formation !

Dès la mi-juillet SUD Education a pris
RV avec le rectorat pour faire le point sur ce
dispositif et l’interroger notamment sur la mise
place d’un soutien effectif pour les stagiaires
en difficulté. (Voir titularisation p 6)

Le déroulement de votre année de stage

Nous ne travaillons pas encore gratis !

Pour obtenir votre première paye fin septembre,
vous avez dû renvoyer le 19 août au plus t ard le dossier
financier téléchargé à cette adresse : http://
www.ac-creteil.fr/rh/stagiaires-dossier-financier.pdf au
Rectorat de Créteil, DPE (préciser votre discipline) 4,
rue Georges Enesco 94010 Créteil

Sinon, signalez-le au plus vite !

Et le « tuteur » ?

Les textes réglementaires exigent pour chaque stagiaire un
tuteur dans –situation préconisée, v. Bulletin officiel n°20
du 19 mai 2011 - ou hors de l’établissement.

L’an passé en raison des appels à refuser le tutorat de
certaines organisations syndicales, dont SUD éducation et
du large rejet de la réforme par une grande majorité des personnels,
le rectorat a éprouvé les pires difficultés à susciter
des vocations. Prudent, il demeure donc cette année très
vague sur les tâches que devront remplir les tuteurs. A combien
d’heures de cours devront-ils assister ? Par semaine ?
Sur l’année ? Pour 2010-2011, il était prévu qu’ils soient
remplacés par des étudiants en M2 2 semaines pendant lesquelles
ils devaient suivre les stagiaires de façon plus intense.
Suite à l’improvisation qui a caractérisé l’an passé, tout cela
a disparu !

L’objectif semble a minima : un tuteur par stagiaire !
Sans faire appel aux inspecteurs ? Aux néo-titulaires ? Que
ces objectifs soient atteints n’est pas certain…

Quelles sont alors nos certitudes en cette veille de
rentrée ? Que les tuteurs n’auront pas de décharge de service,
peu de formation, bref rien qui aurait vraiment montré
un intérêt pour la formation des stagiaires… Et que les rapports
qu’ils rédigeront ne seront que des documents de seconde
main pour les jurys académiques au moment de la
titularisation, en ce qu’ils ne font, selon les textes, que constituer
un des éléments d’appréciation que l’inspecteur a à
disposition pour la confection de son propre rapport.

Tout cela est évidemment inacceptable !

Adresse de SUD éducation
aux stagiaires :


L’appel au refus du tutorat

SUD éducation reste déterminé à
faire échouer cette réforme qui est une
catastrophe pour votre formation et pour
les élèves ( voir page suivante nos analyses).
Après plusieurs mois de luttes et
devant l’autisme du gouvernement, nous
avons appelé avec d’autres syndicats à
refuser collectivement d’être tuteur.
Ces appels, les luttes menées durant
l’année scolaire écoulée, le large rejet
de la réforme par la profession, tout
cela explique la situation de déficit de
tuteurs et l’inquiétude des rectorats, notamment
sur Créteil… ainsi que les
« pressions » qui ont pu s’exercer sur tel
ou tel collègue (lettres individuelles du
Recteur…).

Ses effets à court terme
sur les stagiaires !

A SUD éducation, nous avons bien
conscience des difficultés de votre entrée
dans le métier, nous qui depuis des années
en mesurons la dégradation et la
combattons.

Nous voyons bien aussi que l’absence
de tuteur aggrave encore votre situation.
C’est bien pourquoi nous donnons
comme consigne d’accueillir chaleureusement
les stagiaires, et vous trouverez
vos collègues pour échanger sur les
pratiques, les difficultés du métier, etc.
Mais accepter le cadre du tutorat
reviendrait à accepter cette réforme : ce
n’est pas vous nos nouveaux collègues
qui êtes en cause mais bien une réforme
inique qu’il faut continuer à combattre
encore cette année !

Pour une rentrée des luttes !

La rentrée scolaire risque d’être agitée ! Une journée de grève est prévue le 27 septembre,
à l’appel de plusieurs organisations syndicales, parmi lesquelles SUD éducation.

Pour aboutir à un recul du gouvernement sur sa politique scolaire, il est nécessaire que cette
journée ne soit pas isolée, et soit précédée d’actions revendicatives, et reconduite par des
assemblées générales dans les établissements.

Dans les Assemblées générales de rentrée, dans les réunions intersyndicales qui se
tiendront en septembre, SUD éducation défendra ces idées. Sur le contenu, nous porterons aussi
les revendications des stagiaires telles qu’elles ont été exprimées l’année dernière par le Collectif
« Stagiaire impossible » : retour à un 1/3 temps face aux élèves, encadrement pédagogique
et dispositif particulier pour les stagiaires qui seraient en difficulté, modalités de
titularisation claires et uniformes sur tout le territoire.

Pourquoi SUD s’oppose à la réforme

Sud éducation s’oppose bien sûr aux
modalités de la nouvelle année de stage mais
aussi, depuis son apparition en 2008, à la
mastérisation du recrutement et à l’organisation
des 2 années de master.

Ce n’est pas le cas de certaines organisations
syndicales...

La partie émergée
de l’iceberg

Pour les professeurs stagiaires :
Nous en avons beaucoup parlé dans les pages précédentes

 : disparition de l’année de stage rémunérée
après le concours, d’où l’apparition d’une
"novlangue" avec la notion de "formation continuée"
 ! Les professeurs stagiaires enseigneront à
temps plein, sans jamais avoir appris à le faire !

Depuis 2007, le ministère a déjà supprimé
52 000 postes d’enseignants. En 2009, ce sont
les enseignants des RASED (Réseau d’Aides Spécialisées
aux Elèves en Difficulté) qui ont été touchés
. Depuis 2010, l’année de formation des
lauréats, la vôtre, est passée à la trappe ce qui a
permis d’économiser 15400 postes...

Et le ministère a déjà prévu la suppression
de 30 000 nouveaux postes entre 2011 et 2012.
Il demande aux rectorats et aux inspections académiques
 :

· d’augmenter le nombre d’élèves par classe : la
réforme du lycée qui supprimera quasiment les
filières en Première va par exemple permettre de
« bourrer » les classes !

· d’abaisser le nombre d’enseignantsremplaçants,

· Dans le premier degré, de poursuivre la suppression
des professeurs des RASED et d’arrêter
la scolarisation des enfants de 2 ans.

Mais cette réforme » est aussi une réaction
idéologique contre toute vision pédagogique
de l’apprentissage du métier. Selon Luc Chatel,
les enseignants ne seraient là que pour faire
acquérir des compétences quantifiables aux élèves.

SUD Education s’oppose à cette vision
de l’enseignement et défend l’apport des pédagogies
coopératives et alternatives (ICEMGFEN,
Freinet, etc.) et des sciences de l’éducation
dans la formation initiale des professeurs.

SUD éducation fera tout pour stopper ces
mesures qui préparent la casse de l’école publique
 !
... Ies étudiants …

Les étudiants de M2, admissibles au concours,
pourront prendre au cours du second trimestre
des classes en responsabilité. C’est ce modèle
systématisé de l’alternance qui est expérimenté
cette année dans 8 académies. Eux non plus
n’auront jamais appris à enseigner, et ils auront
d’ailleurs d’autres soucis … préparer les épreuves
d’admission du concours et la validation du Master

 : la 5ème année vous le savez est invivable !

... et les élèves !

Eux-aussi suivront encore cette année un
enseignement prodigué par des collègues forcément
débordés et en cours de formation, qui
manqueront de temps et du recul nécessaire,
particulièrement au moment de l’élaboration des
contenus et de l’acquisition des pratiques.
Si la réforme de la mastérisation se met en
place de façon complète et systématique, avec
des stages pour les M2 mais aussi peut-être les
M1, les élèves verront se succéder stagiaires et
étudiants moins formés encore ! Et qui a parlé de
continuité pédagogique ? Ah oui, le ministre… !

la partie immergée de l’iceberg

Tri social et précarisation :

Désormais, la Licence (Bac+3) + 2 ans de
master sont nécessaires pour passer les concours !
L’allongement de la scolarité aura pour conséquence
d’accroître les difficultés des étudiants
issus des classes populaires. sans même évoquer
les effets catastrophiques sur les retraites !
Il est clair que la réforme des retraites
qui augmente la durée des années de cotisation
pour avoir une retraite complète se
conjugue de façon dramatique avec une entrée
plus tardive dans le métier. Quelle
« revalorisation » compensera ce recul social ?
Par ailleurs, dans un contexte de suppression
des postes de titulaires (52 000 depuis
2007) et de réduction du nombre de postes aux
concours, la réforme entraînera la multiplication
des enseignants précaires. Le nombre d’étudiants
étant plus important que le nombre de
postes offerts aux concours, il y a fort à parier
qu’il y aura plus d’étudiants qui obtiendront
un master d’enseignement que de reçus aux
concours. Ces "reçus collés" titulaires d’un
master mais pas du concours serviront à alimenter
le « vivier » de remplaçants !

Par ailleurs, en cette rentrée nous constatons
que la dégradation des conditions d’entrée
dans le métier a entraîné une forte diminution
du nombre des candidats au concours de recrutement,
à tel point que tous les postes ouverts
pour le CAPES n’ont pas été utilisés par les jurys,
ce qui aggrave d’autant la situation ! C’est cette
situation qui sans doute explique la campagne
du ministère pour recruter 17 000 titulaires que
nous avons tous vu dans la presse !

On aura d’un côté recours à des personnels
non titulaires potentiellement corvéables à merci
et, de l’autre, à des enseignants titulaires fonctionnaires
d’Etat dont le nombre se réduira d’année
en année.

On sait ce que cela a donné à France
Télécom ou à la Poste : les fonctionnaires sont
devenus minoritaires et on a vu le développement
de la flexibilité et de la détresse au travail.
Vers une formation dénaturée et la disparition
du statut de la Fonction Publique ?

Dès l’an passé nous avions formulé des
critiques et des inquiétudes sur la nouvelle mouture
des concours. Avec l’épreuve « agir en fonctionnaire
de façon éthique et responsable », avec
dans les jurys l’apparition de supérieurs hiérarchiques
en la personne d’Inspecteurs, ne voulaiton
pas s’assurer de la docilité -présumée - des
lauréats ?

Nous annoncions les problèmes posés par
le décrochage prévisible des CAPES et des agrégations.
Les CAPES correspondant étroitement
aux savoirs enseignés, tandis que les sujets
d’agrégation seront les seuls à coller à la recherche,
donc les préparations ne seront plus communes.
En pratique, cela aura pour effet dans le
cadre de la LRU, de spécialiser certaines universités
dans la préparation de l’agrégation, qui
concernera un nombre toujours plus restreint
d’étudiants.

Toute cette évolution va dans le sens d’un
affaiblissement de la formation de la majorité des
enseignants qui devront dispenser un enseignement
a minima dont le socle commun et les
nouveaux programmes sont les fondements.
Cette année l’expérimentation des masters
en l’alternance dans 8 académies va dans le
même sens et aggravera les problèmes posés aux
étudiant-e-s par la préparation conjointe du master
et du concours.

Mais le rapport du député UMP Grosperrin
divulgué en juin 2011 va bien plus loin. Il
préconise une professionnalisation à outrance
durant les 2 années de Master avec notamment
des stages en classe pour 1/3 de l’obligation de
service. Ce type de master serait inutilisable en
dehors de l’éducation mais procurerait un énorme
« vivier » captif de remplaçants et de non
titulaires (les collés au concours et reçus au Master)
D’ailleurs avec sa dernière proposition la
boucle est bouclée : la suppression des
concours et un recrutement de type privé et
local ! Ce serait la fin de la fonction publique
d’Etat pour les enseignants !

La revalo-pipeau !

La réforme de la mastérisation s’est traduire
par une « revalorisation » de début de
carrière. Les néo-recrutés commencent à l’échelon
3, ce qui se correspond à une augmentation
du traitement de 50 € par mois
(indice 410, à multiplier par le point d’indice
à 4,6329 € bruts au premier juillet 2011.
A chacun d’apprécier la réalité de cette
revalorisation, au regard des régressions que
même les organisations syndicales partisanes
de la mastérisation reconnaissent.
Des droits à connaître et à défendre !

La titularisation.

Début juillet le Professeur stagiaire est
évalué par un jury académique, composé de 3
à 6 membres nommés par le recteur parmi les
personnels d’inspection et les chefs d’établissement,
d’inspecteurs. Sur la base d’un référentiel
de 10 compétences, ce jury se prononce « sur
avis d’un des membres des corps d’inspection de
la discipline établi après consultation du rapport
du tuteur et de celui du chef d’établissement »
Les inspections doit avoir lieu entre la fin
mars et la fin mai. Vers la mi juin « le jury
s’entretient avec tous les candidats pour lesquels
il envisage de ne pas proposer la titularisation
 ». Normalement vous êtes alors invités à
consulter votre dossier, qui contient toutes les
pièces y compris les rapports. Si ce n’est pas le
cas il faut en faire la demande. Vous pouvez à
cette étape être accompagné d’un représentant
syndical, contactez-nous si vous vous trouvez
dans cette situation.

Sur proposition du jury le recteur décide
avant la mi juillet « la titularisation des stagiaires
estimés aptes par le Jury », une seconde année
de stage ou le licenciement ( arrêté du
12/5/2010, B.O n°29 du 22 juillet 2010 ). Environ
10% des stagiaires de 2010-2011, se retrouvent
en cette rentrée dans l’une de ces
situations (licenciement, non-évalué, renouvellement…)
SUD éducation estime que les représentants
des personnels devraient être présents à
chaque étape et que les stagiaires devraient pouvoir
consulter leur dossier le plus tôt possible.
Nous demandons que la pluralité des avis
qui existait dans le précédant système soit rétablie
et qu’il soit tenu compte des conditions particulières
d’exercice. En outre les stagiaires en
difficulté doivent pouvoir bénéficier d’un encadrement
pédagogique et d’un dispositif de soutien
renforcés. C’est le sens de nos interventions
en 2011 et nous serons vigilants pour que l’amélioration
promise des conditions d’examen des
dossiers soit effective.

Votre future affectation.

Cela vous paraît sans doute encore
loin, mais en 2012-2013, vous serez professeur
titulaire. Les affectations des enseignants s’appellent
les « opérations du mouvement ». Le « 
mouvement » est dit « national à gestion déconcentrée
 », ce qui signifie qu’il se fait en 2
temps :

- En novembre-décembre s’effectue le mouvement
interacadémique, qui permet de (tenter
de) changer d’académie.

- A partir d’avril, le mouvement intraacadémique,
où il s’agit de procéder à l’affectation
des professeurs sur des postes précis.

Pour traiter les demandes un barème –indicatif
officiellement !- comprenant plusieurs éléments
permet de définir les ordres de priorité. L’ancienneté
est un des éléments du barème mais il
n’est pas le seul.

Nous vous conseillons de lire les circulaires
rectorales –sur notre site dès leur parution- qui
fixent chaque année les règles du mouvement et
en cas de doute, ou pour affiner une stratégie, ou
encore pour éviter les pièges, de consulter les
commissaires paritaires de SUD éducation qui
pourront répondre à vos questions et vous suivre
durant toutes les phases du mouvement.

Attention, Tous les Professeurs stagiaires
seront appelés à participer au mouvement interacadémique,
même s’ils souhaitent rester
dans l’académie de Créteil, et au mouvement
intra-académique.

Le reclassement

C’est la prise compte de vos services dans
un autre corps de la fonction publique. Cela permettra
de déterminer votre échelon de départ
dans votre nouveau corps d’après les dispositions
du décret 51-1423 du 5/12/1951.
Sont reclassés dès stagiairisation les professeurs
certifié, agrégé, PLP et les CPE. Les dossiers
doivent remonter à la mi novembre au Rectorat.

N’hésitez pas à nous consulter.

Les aides sociales, Vos droits syndicaux au logement, diverses...

Pour toutes ces aides , adressez-vous à :
la division des affaires sociales du rectorat -
DAS 4 -
4, rue Georges Enesco
94010 CRETEIL cedex -
01.57.02.68.75
ce.das@ac-creteil.fr

Consultez le site de l’académie de Créteil, sur
http://www.ac-creteil.fr/rh-stagiaires.html

Consultez les pages de la
Division des affaires sociales

Les imprimés sont à télécharger sur :
http://www.ac-creteil.fr/rh.html

Logement beaucoup d’entre d’entre-vous viennent
de province, et la recherche d’un logement
est un vrai problème en région parisienne. N’hésitez
pas à contacter le service ci-dessus. Le rectorat
a des accords avec des organismes publics ou
privés et un parc de propositions possibles.

Sinon vous aurez peut peut-être intérêt à voir en
particulier les aides suivantes :

Les Aides ministérielles :
ht tp : / /www.ac-cretei l . f r / rh-aidesoc ialelogementpim.
html

Aide à l’installation pour les personnels affectés
en Ile-de de-France -prestation interministérielles
(AIP –PIM),

Prêt mobilité à taux 0%

Aide à l’Installation pour les Personnels affectés
en Île-de-France (AIP)

Aide à l’Installation pour les Personnels affectés
en Île-de-France et exerçant la majeure partie
(51% et plus) de leurs fonctions dans une zone
urbaine sensible ZUS (AIP VILLE)

Aides gérées par l’académie :
ht tp : / /www.ac-cretei l . f r / rh-aidesoc ialelogementasia.
html

Aide à l’Installation en Région Parisienne (I.R.P

Aide au logement du Comité Interministériel
Ville (CIV)

Aide au cautionnement d’un logement

Chèques de service, enfants, famille...|

Vos droits syndicaux

Droit de grève

Comme tous les salariés, vous avez le droit
de faire grève. C’est un acquis du mouvement
syndical. Il n’existait pas pour les enseignants au
début du siècle dernier. C’est un droit d’expression
démocratique qu’il faut préserver contre toutes
les tentatives d’interdiction ou de limitation.

Comment s’opposer à des mesures injustes si on
n’a pas le droit de faire grève ?

SUD éducation se bat pour que les grèves
soient votées démocratiquement dans les Assemblées
générales, d’établissement, de ville,
ou à une échelle départementale, voire régionale
quand se réunit une Assemblée générale
des établissements d’le-de-France
C’est à cette condition que les mouvements
de grève appartiennent vraiment aux grévistes !
heures d’information syndicales
et stages de formation syndicale
Vous avez le droit de participer dans votre
établissement aux heures d’information syndicale.
Organisées par les représentants syndicaux,
à raison d’une par mois au maximum, vous pouvez
libérer vos élèves pour y participer. N’hésitez
pas à prévenir SUD éducation qui peut à cette
occasion envoyer un représentant !

Vous avez aussi le droit de vous absenter
pour participer à des Stages de formation syndicale.
SUD en organise plusieurs dans l’année. Ce
sont des moments essentiels pour échanger et
s’informer sur les droits, les luttes et l’éducation
en général.

Se syndiquer c’est possible

C’est un acte essentiel pour se défendre,
mais aussi pour se mobiliser sur des sujets d’actualité,
comme la défense des services publics,
le droit à la retraite, le combat pour une éducation
du progrès pour tous nos élèves, etc.

Cela n’a jamais été un obstacle à la titularisation,
c’est un choix individuel dont l’administration
n’a pas connaissance. Même les stagiaires
qui sont apparus publiquement dans les luttes
l’an passé n’ont pas été inquiétés.

Alors n’hésitez pas, rejoignez-nous !

Les congés

Si vous êtes malade, vous avez droit à un
congé maladie ordinaire (C.M.O.). Il faut :
- prévenir l’établissement où vous êtes en stage
en responsabilité ou en stage de formation
- transmettre un certificat médical pour justifier
de l’absence, si l’arrêt de travail dépasse 2
jours.

Mais attention ! Si vous avez, en tant que
professeur stagiaire, totalisé plus de 36 jours de
congés maladie, votre formation ne pourra être
validée à la fin de la 1re année. Elle le sera après
un trimestre supplémentaire ou plus selon la durée
de l’interruption et sera prononcée de manière
rétroactive au 1er septembre.

Les congés sont des droits ! En cas de
difficulté, nous prévenir.
Les revendications de SUD éducation pour une vraie formation initiale pour les Professeurs Stagiaires :

- Un allègement de service : pas plus d’un tiers
du temps de service devant les classes.

- Non à l’affectation des stagiaires à plein temps à
l’année !

- Une formation renforcée sur le temps de service
assurée par des formateurs pour tous
les stagiaires, un dispositif particulier pour soutenir
ceux qui sont en difficulté.

- Une initiation aux pédagogies coopératives
(Freinet, pédagogie nouvelle, pédagogie institutionnelle,
GFEN, etc.) pendant la formation initiale

- Une harmonisation des procédures de titularisation
dans toutes les académies garantissant
l’équité et les droits des stagiaires avec un contrôle
paritaire lors des étapes de titularisation
- 
pour le recrutement

- Abrogation des décrets de mastérisation des
concours enseignants du 28 juillet 2009 et de la
circulaire de 2009 sur la mise en place des stages
en responsabilité pour les
étudiants inscrits aux concours

- Retour à un concours de recrutement à Bac+3
(licence) , suivi de 2 années de formation rémunérées
et validation par attribution d’un Master pour
tous les professeurs.
- 
pour les étudiants inscrits au concours

- aucun stage en responsabilité (CDD) avant la réussite
au concours

- stage d’observation en M1et de pratique accompagnée
en M2 alliant l’expérience du métier, le
retour critique et la préparation plus disciplinaire
du concours en M1

- salaire au moins égal au SMIC pour les étudiants.

Pour garantir vos droits, l’action collective reste la meilleure solution !

C’est ce que les stagiaires de l’année 2010-2011 ont prouvé. Un collectif « stagiaire impossible
 » s’est fondé dès la rentrée sur l’académie. Avec notre soutien logistique (réservation de salle, envoi
courrier massifs pour une 1ere réunion), il a réuni près de 200 stagiaires en octobre. Des revendications immédiates
et le refus de la mastérisation ont été plebiscités. Par des actions avec les syndicats, des tribunes
dans les médias le mur du silence a été brisé et la « mastérisation « est devenue un sérieux problème pour
le MEN et le Rectorat ... des collectifs se sont fondés en province.

Cette réforme est devenue illégitime. Les actions du collectif avec soutien intersyndical ont permis
certaines avancées sur Créteil. Nous sommes une des seules académies où le service des stagiaires peut encore
être de16 h et non 18h. Des consignes d’affectation moins dures sont données au niveau du 2nd et du
1er degré… dans les limites des réalités de l’académie ! C’est grâce à la mobilisation et la grève soutenue par
SUD éducation que les M1 et M2 de Livry Gargan (93) ont réussi a avoir des stages payés 2000 euros pour
2X 15 j. Face à la mobilisation il y aura eu en 2011 moins de reports de stages et de licenciements dans le
second degré. Ce n’est qu’un début à nous d’enfoncer le clou tous ensemble ! SUD éducation vous donne
les moyens de vous organiser en toute indépendance.

Avec les animateurs du collectif « Stagiaire impossible » de l’an passé
réunion d’information et de mobilisation pour l’amélioration de vos conditions de travail

Nous y inviterons les organisations syndicales qui ont soutenu le collectif
Mercredi 21 Septembre à la Bourse de Travail de Paris,
3 rue du château d’Eau, métro République à 14h00

Qu’est ce que SUD éducation et SOLIDAIRES ?

SUD éducation est le syndicat SUD/ SOLIDAIRES
de l’Education. Nous sommes une organisation
représentative implantée dans le 1 er , le
second degré et le supérieur. Refusant les divisions
entre catégories, nous syndiquons tous les
personnels de l’éducation. Nous sommes un
syndicat de lutte, mais nos élus, académiques et
nationaux et nos militants peuvent vous aider
durant votre année de stage (reclassement, mutation,
titularisation…)

SOLIDAIRES est une organisation syndicale
interprofessionnelle qui regroupe depuis
1995, entre autres, l’ensemble des syndicats
SUD. Ce n’est certes pas la plus importante mais
elle est représentative et elle se développe dans le
public et maintenant le privé à chaque conflit
social d’ampleur… Elle revendique un syndicalisme
de base et de transformation de la société.

élections professionnelles du 13 au 20 octobre
pour donner des moyens d’agir au syndicalisme de lutte

Votez SUD éducation-Solidaires

C’est la seule organisation nationale qui a proposé la grève générale interprofessionnelle
et sa reconduction l’année dernière lors du mouvement sur les retraites.

|

PDF - 444.9 ko
Brochure profs stagiaires 2nd degré
PDF - 122.6 ko
tract 11 et 13 octobre